Tout ce que je demande

Julie Roorda

Traduit par : Stéphanie Roesler


œuvre de Dmitry A. Mottl

Tout ce que je demande est l’intervention divine

 

Une main désincarnée contre le mur,

pas juste le silence d’un coup de téléphone;

un déluge, pas juste un sous-sol inondé.

Jamais nous ne devrions avoir cessé d’écrire la Bible

ou d’apprendre de nouveaux mots pour dire miracle.

J’aimerais trouver un mot pour ta main brûlante

sous mon manteau par une froide nuit,

un toucher si plein de présages

qu’un mirage sur le désert

l’image de mon besoin le plus cher.

Non que je veuille remplacer

la foi en Dieu avec la foi en toi,

 

même si j’ai voulu que tu me changes.

 

Je veux apercevoir le divin

partout, comme dans ce refrain

que nous chantions pour choisir les teneurs

an-ges, dé-mons, ma-ges, dragons

onction d’une corde à sauter,

un pied soudain accroché, la disposition

des feuilles au fond d’une tasse de thé,

ce grain de beauté entre tes yeux,

troisième pupille. Je cherchais à nommer sa couleur,

qui est pareille à la teinte

entre l’indigo et le bleu ce soir

du halo de nuages autour de la lune.

 

Je me changerais si je connaissais

 

un nouveau nom pour intervention

une vision plus vaste du monde,

la corde à sauter qui continue

et la main qui tient l’embout torsadé.

 

Julie Roorda
Julie Roorda is the author of three volumes of poetry, most recently Floating Bodies (2010), all published by Guernica Editions. She has also published a collection of short stories entitled Naked in the Sanctuar (Guernica, 2004) and Wings of a Bee (Sumach, 2007), a novel for young adults.
Stéphanie Roesler

Stéphanie Roesler est postdoctorante en traductologie à l’Université Concordia et traductrice passionnée de poésie. Elle vient d’achever un recueil de traductions de poèmes d’Elana Wolff, paru aux éditions du Noroît (Montréal) en décembre 2013.