Heureux, Autobiographie, Für Elisa

Antonio D’Alfonso

Translation text: "Feliz, Autobiografia, Für Elisa "


Artwork by Marius Teodorescu

Heureux

Profondément heureux, comme du sang qui jaillit

soudain d'une blessure : mon état présent. Sans

langue, sauf celle qui chatouille ma femme jusqu'à ce

qu'elle s'abandonne à elle-même, et à moi. Sans pays,

sinon celui des solitaires qui vont toujours de l'avant,

contre le grain de la société. Toute parole qui surgira

de nous blessera inévitablement. Pour quelles ridicules

raisons s'humilier devant le dur et le clos?

 

Autobiographie

Empaumé d'abord par les révoltes et punitions

contre la loi d'un mutisme ranimé par les promesses électorales,

déçu ensuite par des récompenses précaires futiles,

je me suis livré à la démence d'une poésie bestiale

qu'ont guérie l'agonie et l'inconscience sauvages.

J'étais follement enivré, toujours attendri,

par les souffrances inexprimées des immigrants illettrés,

par les braves sourires de mes parents souvent humiliés,

       toujours stoïques.

Aujourd'hui je me suis fabriqué des dents de fer,

j'apprends à mordre les clôtures autour de faux rêves,

je construis une conscience vigilante mais sans certitudes,

je danse dans l'éveil du salut collectif sans conditions,

je consomme tranquillement l'amour actif de mon prochain.

 

 

Für Elisa

Mon intelligence s'ankylose.

Le bruit s'évapore. On crie.

L'espoir nous tend la main ce matin.

Incontestable le cœur au réveil.

Petite Elisa dans mes bras,

j'offre chaire de ma chair à la claire dignité.

Vivons ensemble ce nouvel amour lointain des attentats télévisés.

Restaure le bonheur dans mes gestes.

Je suis dans tes petits souliers.

À mes pieds une boîte sur laquelle

ta mère a dessiné des dinosaures.

J'y découvre un arrimeur sublime qui rime avec nous.

 

Antonio D’Alfonso

Né à Montréal, Antonio D’Alfonso est poète, critique littéraire et cinéaste indépendant. En 1978, il a fondé les éditions Guernica. Il est en outre l’un des fondateurs de la revue transculturelle Vice Versa et a été écrivain invité à l’Université McGill en 2008. Il fait partie du conseil administratif de la Maison de la poésie à Montréal et donne des cours sur l’écriture de scénario à l’UQÀM. Ces poèmes sont tirés de L’apostrophe qui me scinde, publié aux Éditions du Noroît en 1998.